Scoala de Vara, o provocare didactica

Tg-Jiu – Tineri muzicieni
de prof. dr. Mihaela Sanda Popescu

La 23 octombrie 2007, Liceul de Arte "Constantin Brailoiu" din Tg-Jiu cunostea pentru prima data, familia de muzicieni, Thual Chauvel. Cea mai mare bucurie a fost întâlnirea dintre pianista Véronique Thual Chauvel si micii nostri pianistii. Am încheiat un parteneriat si am hotarît împreuna, o saptamâna de cursuri, în timpul vacantei de vara, cursuri finalizate printr-un spectacol care, de fiecare data, aduce o nota de originalitate si pe care copiii nu-l vor uita niciodata. Din anul 2010, Scoala de Vara a tinerilor muzicieni continua în cadrul Scolii Populare de Arta - Tg-Jiu, prin grija distinsului director, prof. Viorel Gârbaciu. Prezenta familiei Thual-Chauvel devine un exemplu de perseverenta si professionalism: Véronique Thual Chauvel, o profesoara dedicata, Claire Chauvel, violonista, absolventa a Conservatorului din Rennes si mezina, Lucile Chauvel care urmeaza exemplul lui Claire; tatal, Hervé Chauvel, profesor universitar de Stiince economice, un adevarat pater familias, le însoteste mereu. Claire Chauvel, înca din timpul studentiei, a predat si preda în continuare, cursuri de vioara în cadrul aceluiasi parteneriat.
În acest an, cursurile s-au desfasurat în perioada 8-13 iulie.
Didactica pianistei Véronique Thual Chauvel uimeste prin simplitate si eficienta: "mai întâi interpretarea si pe urma tehnica". Dar cum? La început mi s-a parut ciudat; apoi, am înteles ca interpretarea cuprindea acea motivatie interioara care te face sa auzi în "tacerea" notelor însirate pe hârtie. Tot de la Véronique am învatat cum ne vindecam de "egoismul" solistic, prin abordarea repertoriului "la patru mâini": sa-ti asculti aproapele este un exercitiu de generozitate de care toata lumea are nevoie. Claire a adus o nota de originalitate, printr-un dialog intercultural roman-francez. Violonistii de la clasa prof. Narcis Iacob, veneau din tot judetul, din localitati cu bogate traditii folclorice, iar ideea tinerei profesoare, Claire Chauvel de abordare a unui repertoriu cu piese traditionale bretone, le-a descoperit noi valente interpretative.
În acest an, "tema" a fost Mozart, dar repertoriul copiilor a cuprins piese cât mai diverse.
Prezenta la cursurile de pian, a însemnat elevi de cele mai diverse vârste: de la micuta de 5 ani, Daria Rebeca Marasescu care  interpretat cântecul cu nota Do si Cristian Danut Catana, de 6 ani, care a interpretat, într-o varianta mai "amplificata", cântecul cu Sol-Mi-Do-Do, pâna la Irina Alexandra Cioclei - clasa a XI-a, Liceul de Arte "Constantin Brailoiu" (W.A.Mozart, Sonata în do minor K.v 457.  p.I) si Liviu Diaconescu, student anul II, la Muzicologie, Academia "Gheorghe Dima" din Cluj, fost elev al liceului de muzica din Tg-Jiu si care a asigurat acompaniamentul. Într-un "crescendo" al anilor de studiu, pianittii au fost: Ana Elena Opre (Cluj-Napoca), Miriam  Serban, Patricia Opre, Elena Maria Oneasca, Daria Berca, Maria Diana Neagoe, Samuel Hromei, Darius Cineza, Adrian Balanescu (talent remarcabil, dupa doi ani de studio, elev al Scolii Populare de Arta), Cristian Constantin, Ciprian Botanel, Traianis Eftenoiu, Daria Serban, Stefania Tranca, Bianca Croitoru, Andreea Alexandra Patica, Sandra Baranescu, Teodora Dobre; Stefania Patricia Popescu, eleva a sectiei de percutie, clasa a XII-a - Liceul de Muzica "Sigismund Toduta", Cluj-Napoca, frecventeaza cu success cursurile de pian de la Tg-Jiu.
Violonistii, în majoritate elevi ai Scolii Populare de Arta, vin de la distante mari (70 km.), din zone folclorice diferite, de pe tot cuprinsul judetului: Stefan Burghel, Alexandru Bucica, Denis Gogan, Alexandru Nedea, Nicolae Constantin, Mihai Mrejeru, Alexandru Popescu; elevii Liceului de Arte "Constantin Brailoiu" au fost: Teofil Hromei, Timotei Umbres, Nicoleta Alexandrescu si Debora Coanca (viola); de la Craiova, Oana Bâlteanu a lasat o impresie deosebita, iar de la Cluj-Napoca, Scoala de Muzica "Augustin Bena", Ioan Mihai Catana, clasa I, a fost cel mai mic participant.     Repertoriul copiilor a cupris piese solistice si formule camerale: duete violonistice, pian la patru mâini, sau vioara si pian. Violonistii au dat proba de învatare rapida si de sincronizare perfecta în "La famille Tortue" si "C'est Gugusse avec son violon", în aranjamentul inedit al tinerei profesoare, Claire Chauvel.
Un moment de divertisment artistic a însemnat prezenta tinerilor plasticieni ai Liceului de Arte "Constantin Brailoiu", îndrumatti de prof. dr. Ana Daria Ionescu Haidau: Anamaria Cîrlig, Ionut Stricafier si Anuta Craciun.  
Finalul spectacolului a fost sustinut de minunatul trio Lucile, Claire si Véronique Thual Chauvel.
Cuvântul de multumire s-a adresat celor care au facut posibila aceasta actiune: Consiliul Judetean-Gorj si Teatrul "Elvira Godeanu", director Marian Negrescu care, de fiecare data, ne pune la dispozitie cea mai frumoasa sala de spectacole. Au fost aduse multumiri profesorilor: Alexandru Iosub (Craiova), Sorin Vacar (Cluj-Napoca), Ilie Cealîcu si Valentina Strajeru (liceul de muzica din Tg-Jiu). Am trait un moment emotionant când, directorul Scolii Populare de Arta, prof. Viorel Gârbaciu a subliniat stradania "cvintetului" de profesori: Narcis Iacob, Viorica Sîrbu (pian), dr. Mihaela Sanda Popescu (pian) si Aurel Popescu, profesor de pian, Canto, Muzica usoara si Teoria muzicii în cadrul Scolii Populare de Arta. Aurel Popescu a decoperit tinere talente care au trecut cu succes proba competitiilor nationale si internationale. "Cvinetul a ramas cvartet, spune cu durere Viorel Gârbaciu, pentru ca, în 19 iunie, Aurel tocmai ne-a parasit; s-a dus în orchestra îngerilor, alaturi de dragii nostri, Stefan si Carmen Fratila-Iacov. Începând cu anul viitor, Soala de Vara se va numi Aurel Popescu."
Spectacolul a preludiat data de 14 Iulie, Ziua Nationala a Frantei; gânduri bune de prietenie au fost adresate oaspetilor francezi, în ropotul de aplauze al spectatorilor, aplauze care adresau invitatia pentru anul urmator.
Acest gen de actiuni necesare pentru educatia tinerilor nostri artisti, aduce în prim plan, figura dascalului si dovada ca cea mai eficienta investitie este în suflet.
Traim asa-zisul "post-modernism", o lume rasturnata în care prefixul semnifica de fapt, anterioritatea si nu de putine ori, prezenta dascalului e refuzata de teama adevarului. Scoala de Vara de la Tg-Jiu e înca o dovada ca dascalul e singurul care ne poate îndruma de la noi, la noi însine.


Tg-Jiu - Jeunes Musiciens
L'École d'été, un défi de l'enseignement.

Le 23 Octobre 2007, le Lycée des Arts "Constantin Brailoiu" de Tg-Jiu faisait connaissance, pour la première fois,  avec la famille de musiciens, Thual Chauvel. La plus grande joie a été la rencontre entre la pianiste Véronique Thual Chauvel et nos jeunes pianistes. Nous avons nommée cette action, « École d'Été » et nous avons décidé une semaine de cours pendant les grandes vacances, finie par un spectacle qui ne sera jamais oublié. Depuis 2010, l'École d'Été de jeunes musiciens se poursuit sous l'égide de l'École Populaire des Arts de Tg-Jiu, grâce à son directeur,  le distingué professeur, Viorel Gârbaciu. La présence de la famille Thual-Chauvel devient un exemple de persévérance et de professionnalisme: Véronique Thual Chauvel, une enseignante dévouée, Claire Chauvel, une violoniste  diplômée du Conservatoire de Rennes, Lucile Chauvel qui suit l'exemple de Claire et son père, Hervé Chauvel, professeur de sciences économiques et juridiques, un véritable pater familias, qui les accompagne toujours . Claire Chauvel, encore étudiante, elle enseignait les cours de violon dans le même partenariat. L'équipe roumaine de l'École d'Été était composée des membres suivants: Aurel Popescu, professeur de piano, canto classique, musique légère et théorie musicale, Viorica Sirbu, professeur de piano Narcis Iacob, professeur de violon et moi qui j'ai eu la tâche d'organiser des cours, Viorel Gârbaciu m'a nommé le directeur de l'École d'Été.
Cette année, les classes ont eu lieu du 5 au 13 juillet. La didactique de Véronique Thual Chauvel pianiste éblouit par simplicité et efficacité: l'interprétation d'abord l'interprétation et puis, la technique. Au début, je pensais que c'était étrange, mais l'interprétation comprend la motivation intérieure qui nous fait entendre la musique des notes enfilées sur le papier. Aussi Véronique noua a appris nous guérir « l'égoïsme » du solo en abordant le répertoire à "quatre mains" : écouter le partenaire c'est un exercice de générosité dont tout le monde a besoin. Claire a apporté une touche d'originalité, par le dialogue interculturel roumain-français. Les jeunes violonistes du professeur Narcis Iacob, venus des quatre coins du comté, qui vivent dans les villages où la tradition folklorique est riches, ont joué, selon l'idée de la jeune enseignante, des pièces folkloriques françaises. Ils ont eu la joie d'un nouveau répertoire et d'une  nouvelle interprétation.
Cette année, le «thème» a été Mozart, mais le répertoire des enfants a inclus des morceaux aussi divers et les violonistes ont abordé de nouveau, le folklore des deux pays.
La participation aux cours de piano a inclus une véritable «gamme chromatique » des âges: de la petite de cinq ans, Daria Rebeca Mara?escu qui a interprété "La chanson de la note DO » et  Cristian Danut Catana, de six ans, qui a joué une variante un peu amplifiée, « Sol-Mi-Do-Do », jusqu'à Irina Alexandra Cioclei – XI-ème classe du Lycée des Arts" Constantin Brailoiu", qui a joué Mozart, la première partie de la Sonate en ut mineur Kv457, et Liviu Diaconescu, étudiant en deuxième année en Musicologie, l'Académie "Gheorghe Dima» de Cluj, ancien élève du Lycée et qui a fourni la plupart de l'accompagnement. Dans un "crescendo" d'années d'études, les pianistes étaient: Ana Elena Tours (Cluj-Napoca), Miriam ?erban, Patricia Oprea, Elena Maria Oneasca, Daria Berca, Maria Diana Neagoe Samuel Hromei, Darius Cinteza, Adrian Balanescu (talent remarquable, qui nous a impessionné après deux ans d'études, élève de l'École Populaire d'Art), Cristian Constantin, Ciprian Botanel, Traianis Eftenoiu, Daria Serban, Stefania Tranca, Bianca Croitoru, Andreea Alexandra Patica, Sandra Baranescu, Teodora Dobre, Stefania Patricia Popescu (élève de la classe terminale du Lycée des Arts "Sigismond Toduta", Cluj-Napoca,  la section de percussion, elle étudie le piano comme instrument secondaire). La plupart des violonistes sont les  élèves de l'École Populaire d'Art et ils doivent parcourir de grandes distances (70 km) jusqu'à l'école; ils habitent de diverses zones folkloriques, à travers le comté: ?tefan Burghel, Alexandru Bucica, Denis Gogan, Alexandru Nedea, Nicolae Constantin, Mihai Mrejeru, Alexandru Popescu;  Teofil Hromei, Timotei Umbres, Nicoleta Alexandrescu et Debora Coanca (alto) sont les élèves du Lycée des Arts "Constantin Brailoiu"; Oana Bâlteanu vient du Lycée des Arts "Marin Sorescu" de Craiova et elle a laissé une impression spéciale; Ioan Mihai Catana est venu de l'école de musique "Augustin Bena", de Cluj-Napoca, la première année d'étude et le plus petit viloniste. Le répertoire des enfants a compris des solos et de la musique de chambre: duos de violon, piano à quatre mains, ou violon et piano. Les violonistes ont témoigné de l'apprentissage rapide et synchronisation parfaite dans l'interprétation des pièces: "La famille Tortue" et"C'est Gugusse avec son violon", orchestrée par la jeune professeure, Claire Chauvel.
Un moment de divertissement artistique est la présence de jeunes peintres qui ont garder leu exposition sur la scène, pendant le spectacle; ils viennent du Lycée des Arts "Constantin Brailoiu", enseigné par prof. Dr. Ana Daria Ionescu Haidau, la nouvelle directrice du lycée: Anamaria Cîrlig, Ionut Stricafier et Anuta Craciun.
À la fin du spectacle nous avons admiré le merveilleux trio Lucile, Claire et Véronique Thual Chauvel. Les remerciements sont adressés à ceux qui ont rendu possible cette action: Le Conseil Régional et le Théâtre "Elvira Godeanu" avec sa meilleure salle de spectacle. Les professeurs des élèves ont été, aussi, remerciés Alexandru Iosub (Craiova), Sorin Vacar (Cluj-Napoca), Ilie Cealîcu et Valentina Strajeru (Lycée des Arts "Constantin Brailoiu").  Nous avons vécu des moment de grande émotion, le directeur Viorel Gârbaciu, vient souligner l'effort de ce "quintette" des enseignants qui, par malheure, est devenu «quartette» : Narcisse Iacob, Viorica Sârbu (piano), dr. Mihaela Sanda Popescu (piano ) et Aurel Popescu, professeur de Piano, de Chant, de la Théorie musicale et de la Musique légère à l'École Populaire d'Art ; Aurel Popescu a découvert de jeunes talents qui ont réussi aux compétitions nationales et internationales. Le 19 juin, Aurel vient de nous quitter; il est allé à l'orchestre des anges, avec nos chers Stefan et Carmen Fratila-Iacob. Dès l'année prochaine, le directeur Viorel Garbaciu fait la proposition que l'École d'Été va être nommée, « Aurel Popescu ».
Mais rien dans ce monde, n'arrive par hasard: le lendemain c'était la Journée Nationale de France, le 14 Juillet. De bonnes pensées d'amitié ont été adressées à nos amis français, dans la salve d'applaudissements, encourageant l'invitation pour l'année prochaine.
Ces actions sont nécessaires pour l'éducation de nos jeunes artistes en mettant en évidence, la figure du Maître. Nous vivons dans un monde renversé, postmoderne, où le préfix « post »  signifie l'antériorité et la présence de l'enseignant est presque exclue; on vit la peure de nous-même, mais sachons que seulement la présence du Maître nous peut conduir de nous à a nous-même.


0 comments:

Trimiteți un comentariu