Les nouvelles de Ana Maria Surugiu

Déclaration du Premier Ministre du Canada

Le Premier ministre Stephen Harper a fait la déclaration suivante pour souligner le 80e anniversaire de l'Holomodor:
« Les Canadiens et les gens de partout dans le monde s'arrêteront un instant pour se souvenir des millions d'hommes, de femmes et d'enfants qui ont péri au cours de la famine et du génocide de 1932 et 1933, une atrocité commise par le régime communiste de Joseph Staline.
« J'encourage tous les citoyens à se joindre aux Canadiens d'origine ukrainienne lors des cérémonies commémoratives qui se tiendront partout au pays afin de rendre hommage aux victimes et aux survivants de cette tragédie.
« En 2010, j'ai eu le privilège de visiter le monument commémoratif et le musée de l'Holomodor à Kiev. Ce fut une expérience profondément bouleversante qui m'a fait saisir l'énormité et la malveillance des crimes perpétrés contre la population ukrainienne. Je suis très fier du fait que le Canada ait été le premier pays à reconnaître que cette famine imposée de façon délibérée et systématique constituait un acte de génocide.
« Notre gouvernement continuera d'honorer la mémoire de toutes les victimes du communisme, comme nous l'avons démontré en nous engageant, dans le discours du Trône, à construire un monument commémoratif en leur honneur.
« Enfin, j'aimerais rendre hommage au courage et à la force dont l'Ukraine a dû faire preuve pour survivre à l'Holomodor et pour émerger comme un pays indépendant et fier. Cette force de caractère se constate chaque jour en regardant la communauté canadienne d'origine ukrainienne, qui compte plus d'un million de membres dont les contributions continuent d'enrichir notre grand pays. »
Le gouvernement Harper dépose un nouveau projet de loi pour protéger les patients - Il donne ainsi suite aux engagements pris dans le discours du Trône de 2013 sur la déclaration obligatoire des réactions indésirables aux médicaments, les rappels et l'exactitude des étiquettes
*****

Fiche de renseignements : Agir pour la sécurité des patients

 Accompagnée du député fédéral Terence Young, l'honorable Rona Ambrose, ministre de la Santé, a annoncé, du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO), que le gouvernement déposait un nouveau projet de loi sur la sécurité des patients, la Loi visant à protéger les Canadiens contre les drogues dangereuses (la loi Vanessa), comme il s'y était engagé dans le discours du Trône de 2013.
« Les Canadiens méritent d'avoir confiance que les médicaments qu'ils prennent sont sûrs », a dit la ministre Ambrose. « Aujourd'hui, nous avons déposé le projet de loi Vanessa, une loi qui protégera les Canadiens et qui contribuera à assurer qu'aucun médicament qui présente des dangers n'est laissé sur les rayons des magasins. »
Cette mesure représente une importante étape dans la réalisation de l'engagement pris par notre gouvernement à l'égard de la sécurité des patients dans le discours du Trône de 2013.
La Loi visant à protéger les Canadiens contre les drogues dangereuses est appelée « loi Vanessa » en mémoire de Vanessa Young, tragiquement décédée d'une crise cardiaque parce qu'elle prenait un médicament d'ordonnance qui s'est plus tard avéré dangereux et qui a été retiré du marché. La loi protégera les familles et les enfants canadiens des médicaments dangereux en donnant au gouvernement les pouvoirs suivants :
Exiger une surveillance étroite, notamment la déclaration des réactions indésirables aux médicaments;
Exiger le rappel des produits dangereux;
Imposer de nouvelles sanctions sévères pour les produits dangereux, y compris des peines d'emprisonnement et de nouvelles amendes pouvant atteindre 5 millions de dollars par jour au lieu de 5 000 dollars comme actuellement;
Laisser aux tribunaux la latitude pour imposer des amendes encore plus fortes si les infractions sont intentionnelles;
Obliger les sociétés pharmaceutiques à réviser les étiquettes pour que les renseignements quant aux risques soient clairs, y compris à mettre à jour, s'il y a lieu, les mises en garde pour les enfants;
Obliger les sociétés pharmaceutiques à soumettre les produits à des essais plus poussés, notamment lorsque des problèmes sont constatés pour certaines populations à risque comme les enfants.
Le gouvernement du Canada a consulté à fond les patients, les prestataires de soins de santé et l'industrie sur les questions qui sont l'objet de la nouvelle loi. Les nouvelles mesures renforcent celles qui existent déjà pour garantir que les étiquettes des médicaments et les renseignements relatifs à la sécurité de ces produits sont plus faciles à lire et à comprendre.
« Cette nouvelle loi sera bien accueillie dans notre système de soins de santé », a dit Gail Attara, de la Best Medicines Coalition, un groupe de défense des patients. « Les soignants et les hôpitaux seront mieux informés et pourront faire les meilleurs choix lorsqu'ils prescrivent des médicaments. C'est une bonne nouvelle pour les patients. »
« Il est difficile d'exagérer l'impact qu'aura ce projet de loi sur les Canadiens qui prennent des médicaments d'ordonnance et de vente libre », a déclaré le député Terence Young. « Cela représente un progrès qui permettra de protéger les patients vulnérables et de réduire de sérieux cas d'effets indésirables aux médicaments. Il est absolument nécessaire de réduire les morts et les incidents causés par des réactions indésirables aux médicaments, dont 70% peuvent être évitées, ce qui ne peut qu'aider les Canadiens ».
Pour de plus amples renseignements sur la Loi visant à protéger les Canadiens contre les drogues dangereuses (la loi Vanessa)

2 comments:

Anonim spunea...

Un fel de “Sa nu uiți, Darie” – amintirea ororilor staliniste;
Cred că maimuțica EBA a preluat pe dos “la loi Vanessa” (Pour de plus amples renseignements sur la Loi visant à protéger les Canadiens contre les drogues dangereuses)

Prof. Dr. Mihaela Sanda Popescu, muzicolog

Anonim spunea...

Honorer la mémoire de toutes les victimes du communism, c’est une très bonne leçon d’histoire; ilf faut appeler de temps en temps, à " ça cicatrise un peu mais je n'oublie pas"; c’est la seule façon de nous guérir de la nostalgie d'un passé qui fonctionne encore grâce à ses nostalgiques ... nostalgie… quel est ton antonyme?
Chez les Canadiens, la Loi Vanessa vise à les protéger contre les drogues dangereuses; chez les Roumains, “l’infante” EBA commence sa politique par les drogues douces, une autre sorte de “nostalgie” de l’esclavage.

Prof. Dr. Mihaela Sanda Popescu, muzicolog

Trimiteți un comentariu