Les nouvelles

de Ana Maria Surugiu


Québec: le PQ n'a aucun mandat pour l'indépendance dit Stephen Harper

Le Premier ministre canadien Stephen Harper a jugé jeudi que la mince victoire des souverainistes du Parti québécois (PQ), lors des élections provinciales de mardi, ne leur conférait "aucun mandat" pour réaliser l'indépendance de la province francophone.
"N'importe quelle personne ayant suivi (le scrutin) très scrupuleusement comprendra d'après ces résultats que les Québécois ont voté pour le changement", a déclaré M. Harper lors d'une conférence organisée à Vancouver par l'agence Bloomberg et retransmise en direct à la télévision.
"C'était un désir fort de changement", a-t-il insisté, alors que ces élections ont pris l'allure d'un référendum contre le Premier ministre libéral sortant, Jean Charest, usé après neuf ans au pouvoir.
"En même temps, il est assez clair que (les Québécois) n'ont donné aucun mandat pour la séparation du Québec ou la division du pays", a encore estimé M. Harper.
"D'une manière ou d'une autre le gouvernement du Québec sera forcé d'interpréter (le résultat) dans ce sens", a-t-il poursuivi.
M. Harper a fait cette déclaration alors que Pauline Marois, à la tête du PQ et première femme à devenir chef de gouvernement de la Belle province, venait de rencontrer M. Charest à Québec afin de préparer la transition.
Mme Marois avait indiqué mercredi qu'elle comptait former son cabinet d'ici deux semaines.
Les indépendantistes ont remporté 54 des 125 sièges à l'Assemblée nationale, mais ne disposeront pas de la majorité, en raison notamment d'un résultat nettement meilleur que prévu dans les sondages du Parti libéral du Québec, qui formera l'opposition officielle, avec 50 sièges.
A l'heure actuelle, d'après les enquêtes d'opinion, un Québécois sur trois seulement serait prêt à voter pour la séparation du reste du Canada. Et Mme Marois est restée prudente durant la campagne, s'abstenant de promettre l'organisation d'un référendum sur cette question.
Elle avait cependant lancé mardi soir que "l'avenir du Québec, c'est de devenir un pays souverain".
Dès mardi soir, Stephen Harper avait déclaré dans un communiqué qu'il ne "croyait pas que les Québécois veuillent rouvrir les vieilles chicanes (disputes) constitutionnelles du passé".
Lors de l'entretien téléphonique qu'il a eu avec Pauline Marois après sa victoire, M. Harper lui a indiqué que son gouvernement conservateur "allait continuer à se concentrer sur l'économie canadienne, la création d'emplois, la prospérité à long terme et la croissance", a-t-il dit jeudi.
"Il s'agit de nos objectifs dans le pays", a fait valoir le Premier ministre canadien. "Nous sommes prêts à collaborer avec n'importe quel gouvernement provincial pour de tels objectifs. C'est aussi ce qu'attendent les Québécois de leur gouvernement."


Le gouvernement du Canada dépose un projet de loi visant à aider les familles dans le besoin

Au nom du gouvernement du Canada, l'honorable Diane Finley, ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, a déposé à la Chambre des communes un projet de loi visant à aider les familles dans le besoin. 
« Notre gouvernement honore son engagement à soutenir les familles canadiennes qui travaillent fort au moment où elles en ont le plus besoin, a déclaré la ministre Finley. En déposant le projet de loi visant à aider les familles dans le besoin, notre gouvernement fait en sorte que le régime d'assurance­emploi demeure juste et souple et qu'il contribue à réduire le fardeau financier des familles durant des périodes difficiles.»
Avec le dépôt du projet de loi visant à aider les familles dans le besoin, la ministre Finley a annoncé une nouvelle disposition au titre de la Loi sur l'assurance­emploi, laquelle permet aux parents admissibles de toucher des prestations de maladie s'ils tombent malades pendant qu'ils reçoivent des prestations parentales. Cette nouvelle mesure profitera à environ 6 000 Canadiens et Canadiennes annuellement.
Le projet de loi permet également d'officialiser la nouvelle prestation d'assurance-emploi pour les parents d'enfants gravement malades ou blessés et de modifier le Code canadien du travail en vue de protéger les emplois des parents qui prennent un congé pour prendre soin d'un enfant gravement malade.
Le projet de loi comprend également des modifications au Code canadien du travail afin de protéger les emplois des parents qui prennent un congé suite au décès ou à la disparition de leur enfant suite à une infraction présumée au Code criminel. Ces modifications viennent appuyer un nouveau programme fédéral de soutien au revenu pour les parents qui prennent un congé sans solde pour faire face à une telle situation.
Ces nouvelles mesures s'ajoutent à d'autres mesures de soutien prises par le gouvernement à l'intention des parents, et viennent les compléter, entre autres :
·        Faciliter l'accès aux prestations parentales pour les parents des familles d'accueil.
·        Permettre aux travailleurs indépendants de choisir de participer au régime d'assurance-emploi afin de recevoir des prestations parentales, de maternité, de maladie et de soignant.
·        Faciliter l'accès des familles des militaires aux prestations parentales de l'assurance-emploi : Les membres des Forces canadiennes qui sont rappelés au service pendant leur congé parental, ou dont le congé parental est reporté, bénéficient maintenant d'une période d'admissibilité de 104 semaines suivant la naissance ou l'adoption de leur enfant, pour se prévaloir d'une partie ou de la totalité des 35 semaines des prestations parentales de l'assurance-emploi.
·        Élargir l'admissibilité à la prestation de compassion à d'autres membres de la famille et à d'autres personnes considérées comme de la « famille » par la personne gravement malade.
·        Offrir une aide financière aux parents au moyen de la Prestation fiscale canadienne pour enfants et de la Prestation universelle pour la garde d'enfants.


La citoyenneté canadienne n'est pas à vendre

Les enquêtes menées par le gouvernement du Canada en lien avec la fraude en matière de résidence continuent à prendre de l'ampleur. En effet, plus de 10 000 personnes pourraient être impliquées et avoir menti aux fins de l'acquisition de la citoyenneté canadienne ou du maintien de leur statut de résident permanent.
« Nous appliquons fermement les lois canadiennes à l'endroit des personnes qui ont acquis la citoyenneté canadienne de manière frauduleuse », a déclaré le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney. « La citoyenneté canadienne n'est pas à vendre. Nous prenons des mesures pour retirer la citoyenneté canadienne et le statut de résident permanent des personnes qui ne respectent pas les règles et mentent ou trichent pour acquérir le statut de citoyen canadien. »
Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) a entrepris de révoquer la citoyenneté de jusqu'à 3 100 citoyens qui l'ont acquise frauduleusement. Le ministre Kenney a annoncé la tenue d'enquêtes l'année dernière. CIC collabore étroitement avec l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et les bureaux canadiens à l'étranger dans le but de lutter contre ce type de fraude.
« L'annonce d'aujourd'hui est le fruit du travail exhaustif réalisé par la GRC et l'ASFC, et il importe de souligner ces efforts qui ont mené au dépôt d'accusations », a indiqué le ministre de la Sécurité publique du Canada, Vic Toews. « Ces efforts découlent de l'engagement que le gouvernement a pris à l'égard de la préservation de l'intégrité de notre système d'immigration.»
En outre, le Ministère se penche depuis un certain temps sur le cas de personnes qui n'ont pas encore acquis la citoyenneté. Les dossiers de près de 5 000 résidents permanents que l'on sait impliqués dans un stratagème de fraudes en matière de résidence sont soumis à une surveillance particulière et ces personnes feront l'objet d'un signalement si elles tentent d'entrer au Canada ou d'acquérir la citoyenneté canadienne. La majorité de ces personnes se trouvent fort possiblement à l'extérieur du pays.
Pour pouvoir présenter une demande de citoyenneté canadienne, un résident permanent doit résider au Canada pendant trois ans au cours des quatre années précédant la présentation de sa demande. Pour conserver son statut de résident permanent, il doit, sauf quelques exceptions, être effectivement présent au Canada pendant deux ans au cours de chaque période de cinq ans.
Le cas typique est celui du résident permanent qui a recours aux services d'un représentant en immigration sans scrupule pour établir frauduleusement une preuve de résidence au Canada alors qu'il se trouve en réalité à l'étranger la plupart du temps ou même en permanence. Cela vise à faire en sorte que l'intéressé puisse conserver frauduleusement son statut de résident permanent et présenter ultérieurement une demande de citoyenneté canadienne. Les enquêtes menées par la GRC et l'ASFC ont permis de constater qu'une famille de cinq peut payer jusqu'à 25 000 $ sur une période de quatre ans ou plus pour créer l'illusion qu'elle réside au Canada.
Finalement, CIC surveille également les dossiers de 2 500 autres personnes au sujet desquelles nous avons des préoccupations pour diverses raisons. Ces personnes feront l'objet d'une évaluation plus rigoureuse si elles décident de présenter une demande. Ainsi, ce sont au total plus de 10 000 personnes qui sont visées, de près ou de loin, par une enquête sur la fraude en matière de citoyenneté ou de résidence.
Jusqu'à présent, CIC et ses partenaires ont renvoyé plus de 600 anciens résidents permanents visés de près ou de loin par une enquête, ou leur ont refusé l'entrée, et ont refusé environ 500 demandes de citoyenneté où les demandeurs ne satisfaisaient pas à l'obligation de résidence. Près de 1 800 demandeurs visés de près ou de loin par une enquête ont abandonné leur demande de citoyenneté alors que la nouvelle au sujet de ces enquêtes se propage.
« Nous ne resterons pas inactifs et ne laisserons pas les gens mentir et tricher pour acquérir la citoyenneté, a ajouté le ministre Kenney. J'encourage quiconque possédant de l'information en lien avec une fraude en matière de citoyenneté à composer le numéro de notre ligne de dénonciation pour dénoncer cette fraude. Il n'existe aucune date limite pour mener une enquête sur ce type de fraude. »
Lors des six dernières années, le  Canada compte le plus haut niveau d'immigration durable de l'histoire du Canada. Le gouvernement du Canada est voué à créer un système d'immigration qui attire les meilleurs et les plus  brillants au Canada tout en protégeant notre système d'immigration contre les personnes qui voudraient abuser notre générosité.
Les cas de fausses déclarations, de fraude ou de dissimulation intentionnelle de faits essentiels dans le processus d'attribution de la citoyenneté – par exemple, une personne qui aurait fait semblant de vivre au Canada pour satisfaire à l'obligation de résidence ouvrant droit à la citoyenneté – devraient être signalés au moyen de la ligne de dénonciation de la fraude en matière de citoyenneté du Télécentre de CIC, au 1-888-242-2100 (au Canada seulement, de 8 h à 16 h, heure locale, du lundi au vendredi). Il est également possible de faire une dénonciation par courriel, à l'adresse Fraude-de-citoyennete@cic.gc.ca. Les personnes qui se trouvent à l'étranger sont également invitées à communiquer avec le bureau canadien des visas le plus près.
Tous les autres types de fraude en matière d'immigration devraient être signalés par l'intermédiaire de la Ligne de surveillance frontalière de l'ASFC, en composant le 1-888-502-9060. Il est possible d'avoir recours à la Ligne de surveillance frontalière pour dénoncer, notamment, les activités transfrontalières suspectes, les mariages de complaisance, les fausses déclarations en lien avec une demande de résidence temporaire ou permanente ainsi que les allées et venues d'une personne visée par un mandat de l'Immigration.


Les crimes liés au vol d'identité en hausse

Les criminels ont de plus en plus souvent recours à des numéros d'assurance sociale volés ou à des actes de naissance falsifiés pour obtenir des permis de conduire ou des passeports valides, révèle un rapport interne de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).
Ce stratagème permet aux fraudeurs de contourner aisément les mesures de sécurité, comme l'ajout de puces électroniques, qui visent à rendre les documents émis par le gouvernement plus difficiles à contrefaire.
Selon le rapport préparé en mars 2011 par la division des renseignements sur les activités criminelles de la GRC, le vol, l'altération ou la création de pièces d'identité facilite plusieurs autres crimes ayant généralement pour objectif un gain financier ou la dissimulation de la véritable identité d'une personne.
Il souligne que ce type de crime est en hausse au pays, un nombre grandissant de criminels se servant de numéros d'assurance sociale et de actes de naissance ou de citoyenneté volés ou falsifiés pour se procurer des cartes de crédit ou des documents officiels.
Le rapport laisse entendre que la décision d'Ottawa de ne plus produire de carte d'assurance sociale et de plutôt envoyer l'information par lettre ne décourage pas les fraudeurs qui fouillent dans le courrier ou dans les ordures pour trouver le numéro à neuf chiffres.
Toujours selon le rapport, le fait que les gouvernements fédéral et provinciaux ne vérifient pas l'authenticité des documents personnels utilisés dans les divers formulaires permet aux criminels de créer une nouvelle identité en combinant différents renseignements tels un numéro d'assurance sociale volé ou un acte de naissance falsifié jumelé à un faux nom et à une fausse date de naissance.
Cela signifie qu'un numéro d'assurance sociale peut être associé avec un nom complètement différent de celui du détenteur officiel sur un formulaire gouvernemental puisque les autorités ne vérifient pas régulièrement si les deux informations concordent. Et les formulaires en ligne rendent les choses encore plus faciles pour les fraudeurs en leur évitant d'interagir en personne avec des employés du gouvernement.
La copie censurée du rapport obtenue par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information ne contient pas de statistiques concernant la fréquence de ce type de fraude, mais les estimations suggèrent qu'il se répand rapidement, tout comme les autres crimes liés aux pièces d'identité.
Faire en sorte que tous les paliers gouvernementaux soient sur la même longueur d'onde en ce qui a trait à la vérification de l'identité des citoyens est un défi de taille qui devrait néanmoins être relevé, d'après Lindsay Lee, directrice du Centre de soutien aux victimes de vol d'identité du Canada.
« Il n'existe pas de système intégré qui permettrait aux gouvernements de tout vérifier. C'est très difficile d'assurer une certaine cohérence. Présentement, c'est un véritable fouillis », a-t-elle indiqué.
Selon le Centre antifraude du Canada, environ 17 000 Canadiens ont perdu un total de 13 millions de dollars l'an dernier à cause des fraudes liées au vol d'identité. Cette somme est deux fois plus importante que celle rapportée en 2007.


Le Ministre Kenney appuie la Loi sur le renvoi accéléré des criminels étrangers

Le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney, a exhorté les députés aujourd'hui à appuyer la loi visant à renvoyer plus rapidement du Canada les criminels étrangers et à renforcer la sécurité des Canadiens.
« Nous avons déposé une loi qui mettra un terme à la pratique des criminels étrangers qui en appellent sans cesse pour retarder leur renvoi du Canada et qui, pendant ce temps, continuent de terroriser des Canadiens innocents, et nous croyons que les parlementaires devraient appuyer cette loi, a déclaré le ministre Kenney. Les Canadiens sont généreux et accueillants, mais ils ne tolèrent pas les criminels et les fraudeurs qui abusent de leur générosité. »
La Loi sur le renvoi accéléré des criminels étrangers comporte trois volets qui visent à :
1.     Permettre au gouvernement de renvoyer plus facilement de notre pays les criminels étrangers dangereux;
2.     Faire en sorte qu'il soit plus difficile aux personnes qui pourraient présenter un risque pour le Canada d'entrer d'emblée dans notre pays;
3.     Supprimer les obstacles pour les visiteurs honnêtes qui souhaitent venir au Canada.
Avec la Loi sur le renvoi accéléré des criminels étrangers, le gouvernement honore l'engagement qu'il a pris de simplifier le processus d'expulsion des criminels reconnus coupables en limitant leur accès à la Section d'appel de l'immigration de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada. On réduira ainsi de jusqu'à 14 mois le séjour de certains criminels au Canada, ce qui diminuera d'autant les risques qu'ils commettent d'autres crimes au pays.
En vertu de la loi proposée, les étrangers qui sont interdits de territoire pour les motifs les plus graves – sécurité, atteinte aux droits humains ou internationaux et criminalité organisée – ne pourront plus se prévaloir d'un programme destiné aux cas relevant de circonstances d'ordre humanitaire pour retarder leur renvoi. Cette modification est conforme à la politique d'exclusion du gouvernement.
Parmi les autres modifications proposées à la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés et visant à protéger la sécurité des Canadiens, mentionnons l'attribution d'un nouveau pouvoir au ministre, soit celui de refuser, dans des cas exceptionnels, l'entrée temporaire d'une personne au pays, et l'imposition de conséquences plus lourdes pour ceux qui essaient de profiter du système.
En revanche, la loi facilitera l'entrée temporaire des personnes à faible risque, à qui l'on aurait autrement refusé l'entrée au Canada, parce qu'un membre de leur famille immédiate était interdit de territoire pour des motifs autres que la sécurité, par exemple pour des motifs sanitaires.
« Ces mesures sont strictes, mais justes, a indiqué le ministre Kenney. Nous souhaitons avoir un système d'immigration qui soit ouvert aux vrais visiteurs, mais qui empêche les criminels étrangers d'entrer au Canada et leur enlève les moyens d'abuser continuellement de notre générosité. »
Ces modifications, qui moderniseront la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés ainsi que le programme d'immigration du Canada, complètent les mesures énoncées récemment dans la Loi visant à protéger le système d'immigration du Canada ainsi que dans le Plan d'action sur la sécurité du périmètre et la compétitivité économique.


Déclaration du Premier Ministre du Canada
Le Premier ministre Stephen Harper a fait la déclaration suivante pour souligner la journée du Ruban noir, journée nationale commémorant les victimes du communisme et du nazisme en Europe :
«Aujourd'hui, nous prenons le temps d'adresser nos condoléances et notre appui aux personnes qui ont été victimes du communisme et du totalitarisme nazi, ainsi que de nous souvenir des personnes persécutées qui ne sont plus parmi nous.
«Le Canada est depuis longtemps un espoir pour ceux qui cherchent à fuir la lourde emprise de dictatures et de régimes oppressifs.
«En soulignant la Journée du Ruban noir au Canada, nous montrons que notre pays condamne les crimes contre l'humanité et qu'il sera toujours le champion indéfectible de la liberté, de la démocratie, des droits de la personne et de la primauté du droit. »   



Les initiatives du gouvernement du Canada aident les personnes handicapées à trouver des emplois

La ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, l'honorable Diane Finley, a annoncé la mise sur pied d'un Groupe spécial sur les possibilités d'emploi des personnes handicapées. Tel que décrit dans le Plan d'action économique de 2012, le mandat du Groupe spécial est de recenser les réussites et les pratiques exemplaires du secteur privé en ce qui concerne la participation des personnes handicapées au marché du travail, de même que les obstacles et les facteurs dissuasifs qui freinent leur emploi.   
«Notre gouvernement est résolu à collaborer avec ses partenaires afin d'éliminer les obstacles et d'améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens, a déclaré la ministre Finley. Nous croyons que tout le monde y gagne lorsque nous créons des milieux de travail inclusifs et adaptés pour tous les employés, y compris pour les personnes handicapées.»
«Toute vision de croissance et de prospérité pour le Canada repose sur notre capacité d'intégrer plus de personnes au marché du travail, y compris des Canadiens handicapés, a déclaré le ministre Flaherty. De nombreuses entreprises ont déjà adopté des approches novatrices à la fois efficaces et abordables afin d'employer des personnes handicapées, et il est important de s'appuyer sur ce savoir-faire.»
La ministre Finley a annoncé la nomination de M. Kenneth J. Fredeen, avocat général chez Deloitte & Touche s.r.l. à titre de président du Groupe spécial. Ce dernier sera composé des membres suivants : Dr Gary Birch, directeur exécutif de la Neil Squire Society; Mme Kathy Martin, vice-présidente principale des ressources humaines pour Les Compagnies Loblaw et M. Mark Wafer, propriétaire de Megleen Inc., qui exploite plusieurs franchises Tim Hortons. Les membres du Groupe spécial ont déjà commencé à se réunir.
Le Groupe spécial préparera un rapport expliquant ses conclusions d'ici décembre 2012. 



Rencontre Stephen Harper - Angela Merkel
Le Premier ministre Stephen Harper a annoncé qu'il a rencontré Angela Merkel, la Chancelière d'Allemagne, les 15 et 16 août 2012, dans le cadre de sa visite officielle au Canada.
«L'Allemagne est une amie importante et une précieuse alliée du Canada au sein d'organisations comme le G-8, le G-20 et l'OTAN, a déclaré le Premier ministre Harper. Au moment où le Canada et l'Union européenne travaillent en vue de conclure des négociations de libre-échange, je suis impatient d'avoir une discussion ouverte avec la Chancelière Merkel et d'aborder la question des défis auxquels fait face l'économie mondiale.»
Ce voyage sera la première visite bilatérale de la Chancelière Merkel au Canada. Les deux dirigeants auront l'occasion d'échanger leurs points de vue sur une série d'intérêts communs, dont l'économie mondiale, le commerce et l'investissement, de même que sur les plus récents événements survenus au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. La dernière visite de la Chancelière Merkel au Canada remonte à juin 2010, au moment du Sommet du G8 à Muskoka et de celui du G20 à Toronto.
«Une amitié profonde et durable s'est établie entre le Canada et l'Allemagne, a souligné le Premier ministre Harper. Je suis impatient d'accueillir la Chancelière Merkel au Canada et d'approfondir encore davantage les liens qui unissent nos deux pays.»



Forum mondial de la langue française

Le Premier ministre Stephen Harper s'est rendu à Québec où il s'est adressé aux participants du Forum mondial de la langue française afin de souligner le rôle important que joue le français au Canada.
«Le français est la langue fondatrice de notre pays et fait partie intégrante de notre histoire, de notre identité et de notre quotidien, a déclaré le Premier ministre Harper. Je suis ravi que nous puissions accueillir ce Forum qui nous permettra de discuter des moyens d'assurer la place et l'avenir du français au Canada et ailleurs.»
Lors du XIIIe Sommet de la Francophonie tenu à Montreux, en Suisse, en octobre 2010, les chefs d'État et de gouvernement, y compris le Premier ministre Harper, ont décidé à l'unanimité que soit prochainement organisé un forum mondial de la langue française. Le Canada est le premier pays à accueillir cet important événement, du 2 au 6 juillet 2012 à Québec. Une des deux langues officielles du Canada, le français est parlé par plus de 9,5 millions de Canadiens.
Le Forum proposera aux centaines de participants attendus de tous les continents des échanges et des réflexions portant sur les enjeux relatifs à la place et à l'avenir de la langue française. Le Forum abordera quatre thématiques: l'économie, le travail et la formation; les références culturelles; le nouvel univers numérique; et la diversité linguistique.
La deuxième Rencontre internationale de la Francophonie économique (RIFÉ 2) se tiendra parallèlement au Forum, du 2 au 4 juillet, et constitue sa dimension économique. Le ministre d'État  pour l'Agence de promotion économique du Canada atlantique et pour la Francophonie, Bernard Valcourt, participera aux activités de la RIFÉ et prononcera un discours lors de la cérémonie de clôture, le mercredi 4 juillet.



La Loi visant à protéger le système d'immigration du Canada reçoit la sanction royale
Le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney, accueille avec satisfaction l'adoption définitive et la sanction royale de la loi qui protégera et améliorera le système d'immigration du Canada.
«Cette loi nous aidera à empêcher les criminels étrangers, les passeurs de clandestins et les autres personnes dont la demande d'asile est infondée d'abuser de la générosité du système canadien d'immigration et de bénéficier d'avantages liés à la santé et aux services sociaux financés par les contribuables, a déclaré le ministre Kenney. Le système canadien d'immigration et d'octroi de l'asile est l'un des plus équitables et des plus généreux du monde et cette tradition se poursuivra sous le régime du système amélioré.»
La Loi visant à protéger le système d'immigration du Canada prévoit de nouvelles réformes au système d'octroi de l'asile. Ces modifications permettront d'offrir une protection plus rapidement aux personnes qui en ont réellement besoin, notamment en réduisant le temps nécessaire pour examiner et traiter une demande d'asile. Par ailleurs, les personnes qui n'ont pas besoin de protection seront renvoyées plus rapidement et les demandeurs d'asile déboutés venant d'un pays ne produisant habituellement pas de réfugiés auront un accès limité aux mécanismes d'appel.
Grâce à la Loi sur des mesures de réforme équitables concernant les réfugiés et la loi dont il est question aujourd'hui, les provinces et les territoires devraient pouvoir réaliser des économies à hauteur de 1,65 milliard de dollars sur cinq ans en coûts liés à l'aide sociale et à l'éducation.
Les nouvelles mesures portent également sur le crime odieux qu'est le passage de clandestins en facilitant l'amorce de procédures à l'endroit des passeurs de clandestins et en imposant des peines plus sévères.
«Le passage de clandestins est l'une des voies de migration les plus dangereuses, a affirmé le ministre Kenney. Chaque année, des gens meurent dans le cadre d'opérations de passage de clandestins un peu partout dans le monde. Ces nouvelles mesures envoient un message clair aux passeurs de clandestins : le Canada ne tolère pas que l'on abuse de sa générosité et nous mettrons à exécution nos dispositions législatives en matière d'immigration pour sévir contre les passeurs de clandestins.»
En vertu des nouvelles mesures, le ministre de la Sécurité publique pourra désigner comme étant irrégulière l'arrivée d'un groupe de personnes au Canada, et assujettir les personnes impliquées aux mesures de la Loi, notamment la mise en détention des personnes âgées de 16 ans ou plus.
La Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR) pourra remettre ces personnes en liberté après avoir mené un contrôle des motifs de détention dans les 14 jours suivant leur mise en détention, et tous les 6 mois par la suite, ou après l'acceptation de leur demande d'asile. Une personne pourrait également être remise en liberté à la demande du ministre si ce dernier est convaincu que les motifs de détention ne sont plus pertinents ou si des circonstances exceptionnelles le justifient.
Ces modifications empêchent également les personnes qui arrivent au Canada dans le cadre d'une arrivée irrégulière de demander la résidence permanente pendant une période de cinq ans. Cela signifie que ces personnes ne seront pas en mesure de parrainer des membres de leur famille pendant cette même période.
Les nouvelles mesures comprennent également la collecte obligatoire de données biométriques en lien avec une demande de visa de résident temporaire, de permis de travail ou de permis d'études. Les voyageurs, les étudiants et les travailleurs en provenance de certains pays et territoires non dispensés de l'obligation de visa devront faire prélever leurs empreintes digitales et faire prendre leur photo avant leur arrivée au Canada.
«Grâce à ces modifications, nous contribuons à préserver l'intégrité du programme d'immigration du Canada ainsi qu'à protéger la sécurité des Canadiens», a ajouté le ministre Kenney.
Certaines de ces nouvelles mesures entrent en vigueur immédiatement, tandis que d'autres entreront en vigueur plus tard cette année, à une date que le gouvernement fixera. Les nouvelles mesures relatives à la biométrie entreront en vigueur en 2013.


Le ministre Kenney repart à zéro et jette les bases d'un nouveau système d'immigration plus rapide et plus souple

Le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney, a annoncé la plus récente étape dans la refonte du système d'immigration économique du Canada.
Dès le 1er juillet 2012, Citoyenneté et Immigration Canada imposera une pause temporaire sur l'acceptation de nouvelles demandes présentées au titre du Programme des travailleurs qualifiés (fédéral) ( PTQF ) et du Programme d'immigration des investisseurs ( PII ) (fédéral). 
«Nous avons apporté de nombreux changements à notre système d'immigration économique, a affirmé le ministre Kenney. Au cours des six prochains mois, nous entreprendrons les étapes les plus ardues, qui nous rapprocheront davantage d'un système d'immigration rapide et souple.»
La pause permettra à CIC d'apporter des changements importants à ses programmes d'immigration économique avant d'accepter davantage de demandes. Il s'agit d'un pas important pour ce qui est de nous doter d'un système d'immigration plus rapide et plus souple, à un moment où les niveaux d'immigration n'ont jamais été aussi élevés.
Depuis le lancement du Plan d'action économique du Canada 2012, le ministre Kenney a annoncé une série de changements aux programmes d'immigration économique de CIC , notamment :
    éliminer l'arriéré des anciennes demandes présentées au titre du PTQF ;
    améliorer la sélection des travailleurs qualifiés (fédéral) ( TQF );
    créer un nouveau programme fédéral des métiers spécialisés;
    modifier la catégorie de l'expérience canadienne pour faciliter la transition vers la résidence permanente des travailleurs qualifiés temporaires qui ont bien réussi;
    modifier le programme d'immigration des gens d'affaires afin de cibler des investissements plus actifs dans les entreprises canadiennes en croissance et un plus grand nombre d'entrepreneurs innovateurs;  
    adopter un nouveau système de gestion des demandes, afin de créer un répertoire de travailleurs qualifiés qui sont prêts à travailler dès leur arrivée au Canada.
«Cette pause temporaire sur les nouvelles demandes présentées au titre du PTQF nous permettra de donner une nouvelle orientation au programme, et nous dévoilerons bientôt des critères de sélection révisés, a dit le ministre Kenney. La pause n'aura aucune incidence sur le nombre de travailleurs admis au pays, puisque CIC continuera de traiter les demandes déjà reçues. Le taux d'immigration actuel se maintient à un sommet historique. »
On recommencera probablement à accepter les demandes au début de 2013, moment où les modifications réglementaires proposées au PTQF – lesquelles seront publiées dans la Gazette du Canada au cours des mois à venir – devraient entrer en vigueur.
La Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés habilite le ministre à émettre des instructions spéciales à l'intention des agents d'immigration pour aider le gouvernement du Canada à atteindre ses objectifs en matière d'immigration. Depuis le lancement du Plan d'action pour accélérer l'immigration, en 2008, quatre séries d'instructions ministérielles ont été publiées à l'égard des demandes présentées au titre de la catégorie économique.
En vertu de la cinquième série d'instructions ministérielles, CIC imposera également une pause sur les nouvelles demandes présentées au titre du PII (fédéral). Cette pause sera maintenue jusqu'à nouvel ordre, permettant ainsi au Ministère de progresser dans le traitement des demandes qui figurent actuellement dans l'arriéré.
Comme l'a annoncé le ministre Kenney en avril, CIC consultera les provinces, les territoires et les intervenants quant aux façons de remanier le PII actuel de manière à maximiser les avantages économiques pour le Canada. Les consultations du Ministère visent également à déterminer s'il faut créer un nouveau programme à court terme pour les investisseurs afin de promouvoir la croissance de l'économie canadienne.
La pause temporaire sur les demandes de TQF ne s'applique pas aux candidats ayant des offres d'emploi réservé ni à ceux qui présentent des demandes au titre du volet d'admissibilité pour les étudiants au doctorat.


Le gouvernement Harper souligne le 200e anniversaire de la guerre de 1812 et de la lutte pour le Canada

Les activités visant à souligner le 200e anniversaire de la guerre de 1812 ont été lancées officiellement aujourd'hui à l'occasion d'une cérémonie au Lieu historique national du Fort-York à Toronto. L'honorable James Moore, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, a souligné l'anniversaire du début de la guerre de 1812 qui se veut une occasion sans précédent pour tous les Canadiens de tirer fierté de ce moment marquant de l'histoire du Canada.
Des étudiants de la région ont assisté à la cérémonie en compagnie des descendants de héros de la guerre de 1812, soit : Nicolas de Salaberry (Charles-Michel de Salaberry), Shari Graydon (Laura Secord) et Gilbert Wahiakeron (John Norton). Ces derniers ont évoqué la contribution de leurs ancêtres à la lutte pour le Canada. Le régiment Queen's York Rangers a représenté l'histoire des unités de 1812 qu'il perpétue, soulignant ainsi l'importance de cette guerre dans la création des forces militaires du Canada.
«Les descendants de ceux et celles qui ont lutté pour le Canada au cours de la guerre de 1812 sont des témoins vivants de la pérennité de l'histoire qui unit tous les Canadiens, a déclaré le ministre Moore. Au cours des trois prochaines années, je vous invite tous à en apprendre davantage sur la lutte pour le Canada et sur ce chapitre déterminant de notre histoire. »
«Parce que Laura Secord a pris d'énormes risques pour transmettre l'information qu'elle avait obtenue, elle est une véritable source d'inspiration pour moi, dans mon travail qui consiste à former les femmes à partager leurs connaissances, tout comme l'a elle-même fait ma célèbre ancêtre  », a expliqué Shari Graydon.
Le gouvernement Harper investit dans des activités partout au pays afin de stimuler le tourisme et d'inciter les Canadiens à mieux connaître l'importance de la guerre de 1812 dans l'histoire du Canada. Le gouvernement prévoit entre autres financer les activités suivantes :

·        une campagne pancanadienne de sensibilisation à l'importance de la guerre de 1812 dans l'histoire canadienne;
·        une centaine de reconstitutions historiques, de commémorations et d'activités communautaires;
·        un monument permanent de la guerre de 1812 qui sera érigé dans la région de la capitale nationale;
·        des visites interactives, six expositions et des améliorations à trois lieux historiques nationaux partout au pays;
·        des infrastructures aux principaux champs de bataille de la guerre de 1812, notamment au fort Mississauga et au fort York, en Ontario;
·        des activités soulignant les nombreux liens qui unissent les régiments de milice actuels de l'Ontario, du Québec et de la région de l'Atlantique aux unités historiques qui ont lutté pour le Canada pendant la guerre de 1812.
Construit en 1793, le fort York a joué un rôle capital dans la guerre de 1812. Le Lieu historique national Fort-York abrite la plus importante collection d'édifices historiques de la guerre de 1812. Pour obtenir plus de renseignements sur la guerre de 1812 et les activités de commémoration du gouvernement Harper, visitez le site 1812.gc.ca.



De gauche à droite : Deepak Obhrai, député (Calgary-Est); Mark Tewksbury, chef de mission du Canada pour les Jeux olympiques d'été de 2012; Ian E. Bennett, président de la Monnaie royale canadienne; Shelley Glover, députée (Saint-Boniface) et David Legg, président du Comité paralympique canadien dévoilent le dollar porte-bonheur de 2012 au Temple de la renommée sportive du Canada, à Calgary (19 juillet 2012).


L'adoption de la Loi sur les régimes de pension agréés collectifs

L'adoption de la Loi sur les régimes de pension agréés collectifs constitue une étape concrète dans l'amélioration des options d'épargne retraite dont disposent les Canadiens
L'honorable Ted Menzies, ministre d'État (Finances), a souligné l'adoption par la Chambre des communes, à Ottawa, du projet de loi C-25, la Loi sur les régimes de pension agréés collectifs.
«Le gouvernement Harper s'est engagé à aider les Canadiennes et les Canadiens à économiser en prévision de la retraite, a déclaré le ministre Menzies. Grâce à l'adoption de la Loi sur les régimes de pension agréés collectifs, nous avons franchi une étape concrète dans l'atteinte de notre objectif consistant à offrir aux Canadiens de meilleures options d'épargne pour la retraite.»
Lors de la réunion de décembre 2010 des ministres des Finances du Canada, ces derniers se sont entendus à l'unanimité pour mettre en place un cadre pour les régimes de pension agréés collectifs (RPAC). Les RPAC constituent un moyen efficace et adéquat d'aider à combler les lacunes actuelles du système de retraite ainsi qu'une option d'épargne-retraite viable pour les Canadiens qui ne bénéficient pas à l'heure actuelle d'un régime de retraite en milieu de travail.
Le cadre des RPAC sera en place dans l'ensemble du Canada lorsque le Sénat l'aura approuvé et que les lois provinciales nécessaires à sa mise en application auront été instaurées. Les RPAC constitueront alors une option de régime de retraite peu coûteuse et facilement accessible, administrée par le secteur privé. Les employés pourront s'en prévaloir, avec ou sans la participation de leur employeur, tout comme les travailleurs autonomes.
Dans le cadre d'un RPAC, le fardeau administratif et juridique associé au régime de retraite sera assumé en grande partie par un administrateur tiers admissible. Les administrateurs agréés devront respecter une norme fiduciaire de diligence garantissant que les fonds seront investis dans l'intérêt véritable des participants au régime. Les RPAC favoriseront la participation à un régime de pension, puisque l'adhésion des employés sera automatique lorsque l'employeur offre un tel régime.
«Comme ces régimes réuniront d'importantes quantités de fonds mis en commun – ils feront essentiellement des achats de gros –, leurs participants profiteront de l'avantage de frais moins élevés de gestion des placements, a ajouté le ministre Menzies. La loi fédérale relative aux RPAC ayant été adoptée aujourd'hui, il sera facile pour les provinces de l'utiliser comme modèle pour leur propre cadre et de rendre le système opérationnel pour les Canadiens. J'espère que les provinces agiront sans tarder pour mettre sur pied ce mécanisme viable de pension à faible coût, dans l'intérêt des familles qui travaillent fort. »


Prix littéraires Naji Naaman 2012: 44 nouveaux lauréats et lauréates

Avec 1341 concourants en compétition, venus de cinquante quatre pays et qui ont écrit en vingt-trois langues et dialectes: allemand, anglais, arabe (littéraire et parlé en plusieurs dialectes), chinois, croate, danois, espagnol, euskara, français, italien, kabyle, macédonien, mongolien, polonais, roumain, russe, serbe, slovénien et taiwanais, la dixième cueillette des prix littéraires Naji Naaman (2012) a couronné 44 nouveaux lauréats et lauréates:
1- Prix du Mérite: Halima Malki (Algérie); 'Imadud-Dine Moussa (Syrie); Al-Makki Al-Hammami (Tunisie); Sa'di Sabbah (Algérie); Shakir Majid Sifo (Irak); Yusuf Kadel (Île Maurice) et Zulikha Al-Akhdhari (Maroc).
2- Prix de créativité: Andrzej Majewski (Pologne); Balkis Al-Milhim (Arabie Séoudite); Cécile Oumhani (France); Charline Patricia Effah (Gabon); Choi Laisheung (Hong Kong); Dan Costinas (Roumanie); Elisabeta Bogatan (Roumanie); Franci Cec (Slovénie); Gabriel Bituna (Roumanie); Grujo Lero (Bosnie-et-Herzégovine); Hamid Aït Slimane (Algérie); Ibrahim Sulayman Nader (Irak); Ilya Guessal (France); Ionut Caragea (Canada/Roumanie); Jean Pierre Fauchoix (France); Joseph Jamous (Liban); Makki Ar-Rabi'i (Australie/Irak); Maria Postu (Roumanie); Mladen Vukovic (Croatie); Milan Beštic (Serbie); Paul Rameau (France); Pilar Iglesias de la Torre (Espagne); Tahar Laknizi (Maroc); Vasil Tolevski (Macédoine); Victoria Milescu (Roumanie) et Wu Xiaofang (Chine).
3- Prix d'honneur (pour œuvres complètes): Boris Ostanin (poète mongol); Chan Sirisuwat (poète et écrivain chinois d'origine thailandaise); Fernando Menéndez García (poète espagnol); Guy Vieilfault (poète et nouvelliste français); Hsu Chi Cheng (poète taiwanais); Louis Savary (poète et homme de théâtre belge); Mikhail Kuzmin (poète et critique russe); Philippe Jacques Xavier Tancelin (poète français); Salim Abdali (poète danois d'origine irakienne); Wojciech Wiercioch (écrivain et critique polonais) et Yacoub Sheeha (poète palestinien vivant aux États-unis d'Amérique).
Durant août 2012, les lauréats verront leurs textes choisis imprimés (intégralement ou en partie) dans le recueil annuel des prix édité dans la série littéraire gratuite de la Fondation Naji Naaman pour la Culture Gratuite (FCG). Des attestations seront distribuées aux lauréats qui deviendront, en l'occurrence, membres honoraires de la Maison Naaman pour la Culture.
Lancés en 2002, les prix littéraires Naji Naaman sont décernés chaque année aux auteurs des oeuvres littéraires les plus émancipées des points de vue contenu et style, et qui visent à revivifier et développer les valeurs humaines.
Pour d'amples informations voir www.najinaaman.org


Un fossile de tricératops déterré en Alberta

Durant  l'été, il a fallu 12 jours aux paléontologues pour déterrer le fossile de 2000 kilogrammes.
François Therrien, conservateur de la paléoécologie des dinosaures au musée Royal Tyrrell, explique que le squelette datant de 65 millions d'années a été trouvé par un ex-employé après qu'une partie du fossile eut refait surface en raison de l'érosion du sol.
Les vertèbres du dinosaure découvert font plus de 60 centimètres de longueur et ses côtes mesurent près de 2 mètres.
M. Therrien a ajouté que les trouvailles d'os de tricératops sont plus fréquentes en Saskatchewan et au Montana, aux États-Unis.
« Cela nous permettra de comparer le tricératops de l'Alberta à ceux trouvés en Saskatchewan et au Montana, et vérifier s'il y a des différences », a-t-il affirmé. « Peut-être que cette découverte nous donnera plus d'information sur la raison pour laquelle les tricératops sont plus rares en Alberta. »
Le musée prévoit exposer le squelette de dinosaure au musée Royal Tyrrell de Drumheller vers la fin de l'année.
Le musée n'a présentement que quelques fragments de tricératops dans sa collection.
Drumheller est situé à environ 135 kilomètres au nord-est de Calgary.


Entente entre la Ville de Montréal et Emploi-Québec

La responsable des communautés d'origines diverses au comité exécutif de la Ville de Montréal, accompagnée des représentants des ministères de l'Emploi et de la Solidarité sociale ainsi que de l'Immigration et des Communautés culturelles, recevait à l'hôtel de Ville de Montréal la septième cohorte de stagiaires du Programme de parrainage professionnel, accompagnés de leurs parrains et marraines.
« Je me réjouis d'accueillir pour une septième année des stagiaires qui bénéficieront d'une expérience de travail de 6 mois dans la fonction publique montréalaise. Ce programme témoigne de l'engagement de notre Administration à favoriser l'accessibilité à l'égalité en emploi et à promouvoir la diversité », de déclarer Mme Deros.
Le Programme de parrainage professionnel permet à des stagiaires appartenant majoritairement, mais non-exclusivement, à l'un ou l'autre des groupes visés, soit, les femmes, les minorités visibles, les minorités ethniques, les autochtones et les personnes ayant des limitations fonctionnelles, l'occasion d'acquérir une expérience de travail significative dans le secteur d'emploi associé à leur formation. Le Programme favorise également l'échange d'expertise, permet de combler les besoins de main-d'œuvre et prépare une relève compétente dans des secteurs d'emplois en demande.
Depuis l'instauration du Programme de parrainage professionnel, 69 % des stagiaires ont trouvé un emploi dans leur domaine professionnel et 90 % d'entres eux ont été embauchés par la Ville de Montréal. Cette année, la Ville de Montréal accueillera 30 stagiaires, portant à 289 le nombre de participants total depuis 2006.
La Ville de Montréal apporte une contribution financière aux salaires des stagiaires de l'ordre de 694 307 $. Emploi-Québec participe également pour une septième année au financement  des salaires des stagiaires en injectant  280 665 $. Enfin, le  ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles contribue cette année au projet pour une somme de 25 000 $ appliquée à de la formation et à l'évaluation des stagiaires et du projet.

1 comments:

Anonim spunea...

Politica într-un comentariu amplu, legat de fapte concrete.
Ce pricep eu, Québec e un fel de Transilvanie pe care au vrut-o separată şi autonomă.

Trimiteți un comentariu